Nevernight – 2 – Les Grands Jeux

J’avoue ne pas être toujours client de l’humour de Jay Kristoff, que je trouve tour à tour savoureux ou graveleux. Idem pour les très nombreuses (moins que dans le premier tome, m’a-t-il semblé cependant) notes de bas de page qui viennent émailler le texte, que j’interprète tantôt comme du world-building maladroit et tantôt comme des clins d’œil pleins de connivence rappelant au lecteur qu’il n’est qu’un témoin de seconde main dans ce récit, comme si on le lui narrait dans une taverne autour d’une bonne chopine. À vrai dire, j’ai un peu la même impression aussi avec les scènes de combat (ou de sexe), qui me semblent parfois gratuites et redondantes, d’autres fois magistralement menées et palpitantes. Je ne pense pas que ce soit lié à une qualité ou un style inégaux au fil du roman, plutôt à une question d’état d’esprit au moment où j’ouvre le bouquin (ce qui explique les plages de lecture oscillant entre 10 pages terminées laborieusement et 150 avalées dans la soirée). Quoi qu’il en soit, l’impression est plus que positive, et je sais que je découvrirai le tome 3 avec grand plaisir, alors que c’est assez éloigné de ce que je lis habituellement (du moins ces temps-ci).

Curieusement, j’avais eu la même impression avec une autre trilogie de dark fantasy, traduite par bibi il y a quelques années – Blackwing, d’Ed McDonald : j’avais toujours du mal à m’y mettre et j’y allais à reculons, alors que j’aimais beaucoup le texte. Ce n’était juste pas ce dont j’avais envie à l’instant t. Blackwing était cependant beaucoup plus lent, limite introspectif, ce qui n’est jamais le cas ici.

Les amateurs de combats à l’épée (saupoudrés de magie), de descriptions crues et de « revenge movies » y trouveront sans conteste leur compte, les âmes sensibles, les vertueux (oui, car les coups bas pleuvent, et ce n’est pas une contrepèterie) et les poètes peut-être moins. Les aèdes bourrins – ce doit être mon cas – se retrouveront potentiellement le cul entre deux chaises…

À noter que ce style de romans est souvent pénalisé par une plume maladroite ou une traduction pataude, Jay Kristoff et Sébastien Guillot évitent ici tous deux l’écueil en mitonnant un texte pêchu et littéraire (quoique pas toujours châtié), qui le classe de toute façon dans le haut du panier.

(c) Kerby Rosanes/Volodymyr Feshchuk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :