Blog

Traduttore, traduttore, point barre. C’est vrai ça, pourquoi sans cesse nous faire passer pour des traîtres ? (C’est rhétorique, hein.) J’aimerais essayer de montrer, au travers de ce blog, tout ce qu’on essaie de faire bien – ou pas trop mal – pour être au contraire extrêmement fidèles aux auteurs et aux textes, parfois en dépit des apparences. Je dis essayer, parce que je sais que je finirai par aborder d’autres sujets (ou par fermer cette page, les paris sont ouverts).

Digressions autour du foisonnement

Le français est une langue plus « foisonnante » que l’anglais, à savoir qu’une traduction en français sera, en moyenne, 15 à 20% plus longue qu’un texte original dans la langue de Shakespeare. La preuve en est : Guillaume Secouelapoire nécessite 23 caractères espace comprise, alors que William Shakespeare en compte 19, soit une augmentation d’environ 20%,Lire la suite « Digressions autour du foisonnement« 

Unboxing Blood of Wonderland

Voici donc le deuxième tome – paru le 9 mars – de cette trilogie de Colleen Oakes centrée sur la reine de cœur d’Alice au pays des merveilles. Je reprendrai en incipit la citation inscrite sur le rabat du bouquin : « Chaque “bon méchant” mérite son histoire, et Colleen Oakes nous offre un aperçu fascinant duLire la suite « Unboxing Blood of Wonderland »

Unboxing Éducation meurtrière, Leçon n° 1

Décidément, les nouveautés aussi, ça vole en escadrille ! Celle-ci est dispo depuis fin janvier, mais par suite d’un égarement de colis, je ne la reçois qu’aujourd’hui. Il s’agit du premier tome d’une trilogie signée Naomi Novik, dont j’avais déjà eu le bonheur de traduire Déracinée, un petit bijou de fantasy bardé de prix. Cette fois,Lire la suite « Unboxing Éducation meurtrière, Leçon n° 1 »

Unboxing De brindilles et d’os (Les Enfants indociles – 2)

Ah, première nouveauté de l’année 2022 ! Enfin, techniquement, c’est la seconde après Éducation meurtrière – également chez Pygmalion – (on en reparle bientôt), et elle n’est pas encore sortie (il va te falloir attendre dix petits jours avant de te ruer dessus), mais tu peux d’ores et déjà la précommander chez ton libraire préféré.Lire la suite « Unboxing De brindilles et d’os (Les Enfants indociles – 2) »

Soleil vert

Harry Harrison, Soleil vert (Make Room! Make Room!), Nouveaux Millénaires (J’ai lu), traduction de Sébastien Guillot J’ai lu quelque part que Soleil vert se déroulait en 2022, je me suis dit que c’était donc l’année ou jamais pour le sortir de ma bibliothèque, où il prenait la poussière depuis sa reparution. En fait, le romanLire la suite « Soleil vert »

La Vie en chantier

Mon libraire m’a fait découvrir Pete Fromm il y a peu, et je savais dès la lecture d’Indian Creek que j’y retournerais assez vite. Ça tombait bien, j’en avais un autre sous le coude. Et pour le coup, les deux titres n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est le talent de l’auteur, qui nousLire la suite « La Vie en chantier »

Unboxing Le Chant se lève (Bone Season 3)

Non seulement j’adore recevoir des bouquins, mais quand en plus ils arrivent en deux versions (reliée et brochée), c’est toujours un peu Noël (merci De Saxus pour ces belles éditions systématiques). Et quand c’est le fruit de la série qui m’occupe le plus ces temps-ci, c’est aussi la preuve du boulot accompli, donc forcément gratifiant.Lire la suite « Unboxing Le Chant se lève (Bone Season 3) »

Urssafuffit maintenant (épisode 2)

Previously, on Urssafuffit maintenant : Par souci de simplification et pour éviter toute phobie administrative, il a été décidé que l’Urssaf du Limousin succéderait à l’Agessa pour le recouvrement des cotisations vieillesse des artistes-auteurs. Étonnamment, la première année s’est bien passée : la connexion s’est effectuée sans problème pour tout le monde (disons qu’il était parfois possibleLire la suite « Urssafuffit maintenant (épisode 2) »

Urssafuffit maintenant (épisode 1)

En 2020, le rapport Racine, dont la plupart des recommandations ont largement été enterrées, a eu notamment le mérite de mettre au jour un « petit » scandale : l’Agessa, qui avait la charge de prélever les cotisations santé et vieillesse des artistes-auteurs, ne recouvrait en réalité que les premières. De bonne foi, les auteurs pensaient donc cotiserLire la suite « Urssafuffit maintenant (épisode 1) »

Unboxing Le Chef

Sortie prévue le 21/10/2021 Décidément, ça n’arrête pas ! C’est toujours un plaisir de bosser pour les Éditions du Typhon, dont j’adore la ligne éditoriale (et la maquette, et les couvertures). Cela m’a d’ailleurs permis les deux fois de travailler avec un auteur mort, ce qui libère d’une certaine pression tout en privant d’une sourceLire la suite « Unboxing Le Chef »

Des lectures (en retard)

Pendant une longue période, j’ai complètement cessé de lire. Ça me rappelait trop le boulot, que ce soit en anglais ou en français, et je n’y arrivais plus. Et puis l’envie m’est revenue quand je me suis remis à varier les plaisirs : pour une raison qui m’échappe aujourd’hui, je ne lisais que CE QU’ILLire la suite « Des lectures (en retard) »

Unboxing Idéalis 2

Petit plaisir du jour, l’ouverture du carton d’Idéalis – 2 – Dormir dans un océan d’étoiles, qui conclut le pavé de Christopher Paolini, scindé en deux pour sa parution française chez Bayard. Pour l’anecdote On a dû s’y mettre à trois pour venir à bout de ce projet, car l’auteur prévoyait une tournée européenne pourLire la suite « Unboxing Idéalis 2 »

Unboxing

C’est toujours un moment que j’aime bien : celui où on reçoit nos exemplaires justificatifs. Je fais partie des traducteurs relous qui les réclament quand l’éditeur a eu un bug ou qu’un colis s’est perdu, non pas parce que c’est une clause du contrat (ou pas uniquement), mais surtout parce que c’est psychologiquement important deLire la suite « Unboxing »

82 and counting

Cette semaine, j’ai entamé quelque chose comme ma 82e traduction « longue ». Je dis « quelque chose comme », parce que le calcul n’est pas limpide : le plus simple aurait sans doute été de partir de mes contrats, mais j’ai décidé de ne compter ni les albums, ni les participations, ni les courtes nouvelles, non pas parceLire la suite « 82 and counting »

On peut se tutoyer ? (Traduire le « you »)

Il paie pas de mine, ce « you », et même les pires anglophobes ont tendance à le comprendre. Pourtant, à traduire, ça peut être une gageure. Ça en fait l’une des questions qui reviennent de façon quasi systématique : quels rapports entretiennent les personnages au cours d’un roman, et donc comment trancher entre « tu » et « vous » ? Il arriveLire la suite « On peut se tutoyer ? (Traduire le « you ») »


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.