Urssafuffit maintenant (épisode 3)

Au péril de sa vie et de celle de ses proches, notre auteur a finalement réussi à valider définitivement sa déclaration 2020. Cet exploit lui vaut la reconnaissance éternelle de sa psychologue, qui se félicite de ne plus être harcelée de coups de fil paniqués au milieu de la nuit. On croit au miracle.

Je ne sais pas ce qui m’a pris, vraiment. Mû par une ambition démesurée, je me suis attaqué à un sommet infranchissable en courant des risques insensés : j’ai profité d’une période creuse pour téléphoner à l’Urssaf et demander à un conseiller comment déclarer (et payer) mes cotisations avec un distributeur étranger. Le couperet est tombé, sèchement, sans équivoque : il me fallait un numéro SIRET. Been there, done that…

Il faut savoir que le statut d’auteur est particulier, en ce sens où nous pouvons déclarer nos revenus en traitements et salaires, même si nous sommes indépendants. Ça comporte un certain nombre d’avantages, comme celui d’avoir absolument 0 paperasse à remplir (à part les déclarations impôts/Urssaf/Ircec à la portée du premier phobique administratif venu). L’alternative consiste à se déclarer en BNC, et là je crois qu’il y a plusieurs cas de figure en fonction des revenus ; par ailleurs, on peut alors aussi demander aux diffuseurs de ne plus prélever directement nos charges (dispense de précompte), et donc choisir d’affronter l’Urssaf en mano a mano. C’est la version hardcore. N’étant pas certain d’être à la hauteur, j’en suis toujours resté au T&S, jusqu’à ce que des opportunités à l’étranger m’échappent, et que la question d’un abonnement Internet pro se pose (pour ça aussi, il faut un numéro SIRET, car ça ne doit pas être très pro de ne pas avoir de SIRET). Bref, j’ai commis la boulette, et j’ai demandé le précieux sésame. Mais que je me rassure, m’a-t-on certifié : je pouvais tout à fait continuer de déclarer en T&S l’essentiel de mes revenus, et déclarer le reste (s’il y a lieu) en BNC.

The meatball

… l’Urssaf elle-même. En effet, en dépit du fait que je n’ai rien à déclarer en BNC, j’ai reçu un appel de cotisations de la part de nos amis qui nous font regretter l’Agessa. 307€ à débourser, donc. La raison : « C’est comme un appel de fonds de début d’activité, qui sera déduit des sommes que vous auriez dû verser au moment de votre prochaine déclaration. » « C’est-à-dire que nous sommes en novembre, et que j’ai désormais la certitude que je ne déclarerai RIEN en BNC cette année, et donc que le montant de mes cotisations s’élèvera très exactement à 0. » « Oui, mais quand même, vous êtes obligé de payer, et on vous remboursera l’an prochain. » « Pardon, mais vous me remboursez déjà avec un an de retard les trop-perçus de l’année précédente, je ne vais pas en plus vous avancer 307€ que nous savons vous et moi que vous devrez me rendre l’année prochaine. » « Dans ce cas, l’autre solution serait de rererevérifier/rereremodifier/rererevalider vos déclarations des années 2019 et 2020, et au lieu de mettre que vous n’avez rien déclaré en BNC, vous indiquez que vous avez déclaré une partie en BNC, et vous indiquez 0€. Comme ça, ce ne sera plus un début d’activité. » Bon-sang-mais-c’est-bien-sûr-je alors, que n’y avais-je songé plus tôt ? Cela m’aurait économisé un coup de fil. Me croyant sauvé, j’ai relâché mon attention 5 minutes, le temps de recevoir mon appel de cotisations pour l’année prochaine, cotisations que je n’aurai pas à payer (à moins de me mettre à travailler pour un diffuseur étranger), puisque je serai toujours précompté en déclarant en T&S… Voilà qui augure d’un double remboursement de trop-perçu, j’ai hâte d’y être. J’ai toutefois tenté de m’inspirer de mon expérience passée pour moduler mes cotisations et estimer à 0€ mes revenus de l’année prochaine, on verra ce que ça donne. Par acquit de conscience, j’ai tout de même décroché mon téléphone, avant de le reposer et d’envoyer un message via la messagerie-interne-qui-ne-répond-jamais, histoire de conserver une trace de mes démarches et de nos « échanges » à sens unique…

J’ai même arrêté de me laver les joues.

Je vous avais promis de revenir sur un détail que les plus attentifs n’auraient pas manqué de me rappeler s’ils lisaient jusqu’au bout : le fait de recevoir désormais un courrier électronique nous avisant qu’un message nous attend sur notre messagerie interne (en vrai, pas pour tous les messages, j’ai pu le constater pas plus tard que ce matin, mais ne chipotons pas). Si votre mémoire vous fait défaut, grâce à celui-ci, j’ai eu le plaisir de découvrir que j’avais cette année encore contribué à financer le fonds de roulement de l’Urssaf, puisqu’ils devaient encore me rembourser un trop-perçu. J’ai donc renvoyé un RIB (parce qu’apparemment ils sont à usage unique) pour toucher mes étrennes. Stupeur et tremblement, entre le montant annoncé et le montant versé subsistait un écart de 82€ (en ma défaveur). Profitant d’avoir une charmante interlocutrice au bout du non-fil, je lui ai demandé d’où venait cet écart. S’ensuivit le dialogue suivant, à peine modifié :

« Je vois qu’ils vous ont été crédités puis débités, mais je ne saurais pas vous dire pourquoi, je vais demander à ce qu’on vous réponde par mail. »

« C’est-à-dire que j’ai déjà posé la question par mail et que je n’ai pas de réponse. »

« Non. »

« Si, le 7 novembre. »

« Ah oui, ah bah je sais pas, faut attendre qu’on vous répondre. »

Depuis je m’échine à ce que je fais le mieux : j’attends (et je relance aussi parfois).

Post-générique :

Dans la foulée ou presque, une dame me téléphone pour me demander mon RIB (pour le remboursement des 82€ ? Mystère). Je lui réponds que je n’arrête pas de l’envoyer, y compris sur la messagerie sécurisée, elle me réplique que, dans le doute, mieux vaut que je lui envoie directement à son attention, à une adresse secrète, en ajoutant : « Par contre ne m’écrivez plus jamais dessus par la suite, vous n’obtiendriez pas de réponse… »

Urssaf, mon amour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :