Unboxing De brindilles et d’os (Les Enfants indociles – 2)

Ah, première nouveauté de l’année 2022 ! Enfin, techniquement, c’est la seconde après Éducation meurtrière – également chez Pygmalion – (on en reparle bientôt), et elle n’est pas encore sortie (il va te falloir attendre dix petits jours avant de te ruer dessus), mais tu peux d’ores et déjà la précommander chez ton libraire préféré. Et en attendant, tu peux toujours relire le premier volume.

Le tome 1

Pour l’anecdote

Il s’agit là du deuxième tome d’une série qui en comptera x (je crois que sept sont déjà parus en anglais) ; il présente cependant la particularité de ne pas être une suite, ni réellement un préquel. On retrouve le même univers (le nôtre), les mêmes personnages que dans Les Portes perdues (deux d’entre eux en tout cas) et le même principe (celui des portes que l’on franchit quand on est un enfant à l’imagination débordante et/ou pas super à l’aise dans ses baskets), mais les deux textes sont parfaitement indépendants et on peut les lire dans le désordre (ce sera un peu moins le cas avec le tome 3, mais je t’en reparlerai en temps voulu).

Cela conviendra donc à la fois aux amateurs de lectures rapides (ce sont des « novellas », dont la définition est fluctuante – 20 à 50 000 mots pour les uns, 17 500 à 40 000 pour les autres – ; l’anglais différencie aussi la nouvelle – moins de 4 000 mots – de la « novelette » (entre la « short story » et la « novella »), mais je ne crois pas que le français fasse le distinguo. Bref, des romans courts, dans la moyenne haute du genre) et à ceux que la brièveté frustre, puisque bout à bout on arrive à un nombre de pages plus que respectable.

Mais de quoi ça cause ? (Attention, spoilers)

Ce texte se focalise sur Jacqueline et Jillian, les jumelles protagonistes du tome 1, en commençant par le commencement (à savoir leur naissance, et même avant). Où l’on découvre que les attentes et les espérances déplacées des parents ne sont pas sans conséquences sur la personnalité des enfants, que les portes que ceux-ci peuvent ouvrir pour fuir la réalité sont bel et bien réelles, qu’elles débouchent sur d’autres mondes (où les règles ne sont pas nécessairement les mêmes que dans le nôtre), et que ces derniers correspondent aux aspirations profondes des concernés.

Les filles vont ainsi rencontrer le Maître et le Dr Morne, dont il est question dans le tome 1 et qui règnent sur les « Landes », région Logique et Perverse sur la Boussole des mondes existants (que l’on visitera plus en abondance dans le tome 3). Tout cela semble bien compliqué, mais quand on se retrouve immergé dans l’univers de Seanan McGuire, on rassemble rapidement les pièces du puzzle et tout apparaît clair. Et en plus, c’est génial ; tu n’as donc plus d’excuse pour passer à côté.

Studio Flammarion ; Créa graphique : FORT, d’après (c) Dougal Waters/Getty Images ; Christophe Dessaigne/Trevillon Images

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :