Point d’étape mastodonte – 3

Traditionnel point d’étape, à présent que je suis venu à bout de la troisième partie. Celle-ci est un poil plus longue que les deux premières réunies (789 000 signes contre 772 000). À côté, la fin du texte ne devrait être qu’une formalité (à peine 400 000 signes, l’équivalent d’un court roman). Je tiens le bon bout, pour paraphraser nos amis pandas.

Et donc, qu’est-ce que ça donne en matière de tableaux interminables ? Le lexique compte désormais plus de 500 entrées, et le tableau tu/vous s’est enrichi de plusieurs personnages et commentaires (certains étant passés du vous au tu, par exemple) – ils sont une soixantaine à être référencés, dorénavant. Si tu te demandes à quoi ça ressemble, ça donne un truc dans ce goût-là :

(Ne zoome pas, petit lapin, tu risques de te spoiler très fort.)

Les couleurs m’aident à me repérer entre les différentes régions, afin de retrouver mes petits plus rapidement (ça va à peu près quand je cherche par ligne, c’est plus galère par colonne). À gauche, la personne qui parle, en haut, son interlocuteurice. Les petits rectangles noirs, c’est parce que je pars du principe général que chaque perso se tutoie quand il s’adresse à lui-même (s’il y a des exceptions, je me fais une note à part et l’indique en commentaire). Les petits triangles rouges dans le coin de certaines cases, c’est pour rappeler à quel moment untel s’est mis à tutoyer unetelle, et réciproquement. Pour la première fois dans cette partie, des protagonistes de régions différentes se sont rencontrés, j’en suis encore tout ému. (Pour être tout à fait exact, cela s’était déjà produit, mais seulement entre habitants de régions voisines et alliées, que j’ai rassemblées sous une même bannière.) Les diverses nuances de couleur visaient initialement à distinguer les individus par rang (la cour d’un côté, le reste de l’autre, par exemple), mais ce n’est ni super défini ni vraiment efficace.

Petite nouveauté : j’ai ajouté un troisième onglet « persos non humains », uniquement pour les genres de chacun. Pour l’instant, seules trois espèces sont recensées (j’ai eu la flemme de mettre les chevaux, mais comme les humains en changent plus souvent que d’armure, ce n’est pas trop gênant).

Malgré tout, cette fois, ça sent vraiment l’écurie, et je me réjouis d’avance de toucher au but ! Si mes calculs sont exacts, je devrais mettre un point final au premier jet du dernier chapitre vendredi prochain, puis une bonne semaine supplémentaire pour boucler l’épilogue et les annexes, avant d’entamer la relecture des dernières parties. « Pourquoi ne relis-tu pas la 3e avant de traduire la 4e, comme tu l’as fait depuis le début ? » ne te demandes-tu probablement pas. Eh bien, petit indiscret que tu es, parce que je pars effectuer un « voyage de recherches » (c’est ce que prétendent les auteurs en villégiature à l’étranger, je ne vais pas m’en priver – d’autant que ce ne seront pas vraiment des vacances, vu que je compte quand même télétravailler, non mais) en fin de mois et qu’il m’est beaucoup plus facile de relire que de traduire en avion. L’autre avantage est que, en cas de crash, l’éditeur aura tout de même un texte bouclé (quoique non relu) à sa disposition, c’est toujours moins galère que de trouver un remplaçant au pied levé pour quelques dizaines de milliers de signes.

5 commentaires sur « Point d’étape mastodonte – 3 »

  1. J’ai pas pu m’empêcher de zoomer, mais c’est flou 😅
    A l’occasion, il faudra que tu me montres comment ça fonctionne, tout ça, parce que c’est impressionnant.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :