Point final mastodonte

Le paragraphe suivant ne va parler que de chiffres, tu peux le sauter si tu n’aimes pas ça. (Mais ce serait dommage, c’est mon passage préféré. Personnellement, c’est un tic d’ancien matheux, je trouve qu’ils ont un côté rassurant, alors j’ai tendance à en voir/mettre/chercher partout.) On a donc un roman en quatre parties + des annexes (395+377+789+323+46=1 930 milliers de signes et quelques bananes, je pense qu’il s’agit de mon record personnel), un lexique de 558 entrées (mais le glossaire en fin d’ouvrage n’en compte « que » 37, ce sont donc essentiellement des choix de trad plutôt que des termes réellement inventés), au moins 61 personnages ayant des interactions nécessitant un choix entre le tutoiement et le vouvoiement, et (seulement) 14 personnages non humains pour lesquels j’ai dû me faire une note pour ne pas me planter de genre. (Ah oui, et aussi quatre cartes, dont une sur une double page, je ne dois pas oublier de les traduire aussi, merci de me l’avoir rappelé.) Petite facétie dont je ne t’ai pas encore parlé : mon « besoin » de chiffres me pousse quotidiennement à noter mon avancée (en milliers de signes) sur un petit papier à part, et à effectuer au moins une fois par jour une règle de trois pour calculer le nombre de signes total, le pourcentage déjà effectué et le nombre de jours de boulot encore nécessaires pour arriver au bout. L’objectif que je me fixe quotidiennement étant un minimum, je ne me plante généralement pas de beaucoup, ou alors dans le bon sens.

Mes bonnes vieilles pattes de mouche.

En temps normal, après un boulot pareil, je m’autorise une catharsis, une vraie coupure de quelques jours pour purifier mes chakras et purger mes toxines, avec rasage de cheveux et de barbe, prélassage dans une hutte à sudation, plongeage dans un lac gelé, sirotage de cocktails au bord d’une lagune et torchage de vin chaud en haut d’une piste de ski, binge-watchage de séries et geekage sur la console. Ou au moins, je m’accorde 3-4 jours à rien foutre, avant d’attaquer le chantier suivant. Or, il se trouve que j’ai un autre texte à rendre début novembre, ce sera donc plutôt enchaînage avec le prochain boulot (une novella, heureusement) et à mon bureau, en un zeugma dont je ne suis pas peu fier. (Et voyage de recherches studieux.)

Après, à moins d’un oubli de ma part, ça se calme un peu, et je n’ai plus rien à rendre avant février (puis re février, puis mars, puis avril, puis juillet, puis août, puis octobre, mais on aura le temps d’en rediscuter).

En ce jour de nuit tombée (on a eu grand beau et 25° toute la semaine, et voilà qu’on se retrouve toutes lumières allumées à 10 heures du mat parce qu’on ne voit rien d’autre que d’énormes nuages noirs), je laisse tomber provisoirement mes petits dragons et m’en vais rêver distraitement. Radical changement d’ambiance en perspective (et c’est ma joie) !

Un avis sur « Point final mastodonte »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :